Le Bestiaire en céramique de Simon Pavec

ceramique art artiste création insecte papillon libellule phasme terre bretagne angers Loire

La première fois que j’ai vu les œuvres de Simon Pavec, je n’ai pas compris ce que je voyais : des empreintes ? des insectes figés dans la matière ? des fossiles ? Et puis j’ai compris ce que c’est : de l’art !

ceramique art artiste création insecte papillon libellule phasme terre bretagne angers Loire

Les passions de Simon :

Simon PAVEC a 2 passions (au moins…) : le monde des insectes, et la céramique. A première vue, aucun rapport. Sauf que Simon a réussi à réunir ces 2 mondes dans ses créations.

La terre (1)

Le jeune homme aime la terre, la travailler, hors du temps… prendre le temps de la malaxer, le temps de l’illustrer, le temps de la cuir pour mieux la sublimer.

Les insectes (2)

Il aime aussi les insectes, papillons, scarabées, phasmes. Simon réuni la finesse de ces animaux et la précision de son art. Il prépare la terre, pour qu’elle puisse ensuite accueillir son bestiaire préalablement gravé et/ou moulé avec finesse dans du plâtre, anticipant le résultat final par une approche technique de la cuisson.

La céramique (3)

L’ajout d’oxydes métalliques (aïe, c’est un peu technique pour moi…), associée à la cuisson au four à bois viennent apporter des teintes surprenantes et parfois oniriques, accompagnant ainsi libellules et papillons.

La cuisson avait lieu jusqu’en 2016 dans le four à bois du collectif d’artistes Centrale 7Simon Pavec a été résident durant 7 ans. Il s’agit d’une friche industrielle de mines de fer à Angers (Nyoiseau exactement).

ceramique art artiste création insecte papillon libellule phasme terre bretagne angers Loire

Une vie en cohérence avec son art

Depuis cet hiver, le jeune homme cuit ses créations dans son propre four, bâti de ses mains auprès de la maison en paille qu’il a également conçue vivant ainsi en cohérence avec son art. Simon Pavec ne manque décidément pas de ressource et d’énergie. Il y a également désormais installé son atelier.

ceramique art artiste création insecte papillon libellule phasme terre bretagne angers Loire

L’amour de la transmission

Et comme il aime partager, Simon donne des cours de découverte ou de perfectionnement en collaboration avec l’association L’acte à Thiercé (49) : il vous ouvrira alors l’immense potentiel des argiles (grès, faïence, porcelaine) au travers de diverses techniques (sculpture, gravure, modelage…). Et peut-être la possibilité de toucher du doigt son univers… ?

J’ai rêvé…

La première fois que j’ai vu les œuvres de Simon Pavec, j’ai rêvé la nuit suivante que ses insectes prisonniers de la matière reprenaient leur envol… comme quoi, les œuvres de Simon ont aussi le pouvoir de faire rêver…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

En savoir plus :

Formation : renseignements au 02 41 95 45 46 ou simonpavec@gmail.com

Contact : http://www.simonpavec.book.fr/contact/

Console Indus pour mon amie Cathy

relooking création rouille Indus industriel meubles console bois machine ancienne

Lorsque mon amie Catherine m’a confié une machine ancienne dont je ne connaissais même pas l’usage, je suis restée un peu sceptique.

« Pourrais-tu me faire quelque chose avec ça ? » qu’elle m’a dit… moment de solitude… ben… euh… Oui, bien sûr… (ben voilà, maintenant débrouille toi et assume ma fille…).

Mais c’est quoi ce truc ??

Eh ben, ce n’est pas joli joli. C’est couvert de poussière et de terre, mangé aux pieds et lourd comme un bœuf ce truc.

Il m’a d’abord été dit que c’est une broyeuse à foin. Tiens, bizarre, je pensais que c’était plus grand et que ça ressemblait plutôt à ça une broyeuse à foin ou à ajoncs…

relooking création rouille Indus industriel meubles console bois machine ancienne broyeur ajoncs

Et puis, Cathy m’a dit : Mais non, c’est une broyeuse à raisin (bon, dans le pays des vins de Loire, cela me semblait plus plausible).

Une console ?

Maintenant que l’on a trouvé ce que c’est, reste à imaginer ce que je vais en faire. Et cela s’est imposé rapidement.

Ce sera une console Indus. Un beau plateau en acier rouillé, un piètement dégagé mettant en valeur le mécanisme. Reste à mettre tout cela en œuvre.

Acier et bois

Je commande donc le plateau en acier plié à l’un de mes prestataires de métal, AD STYLE ACIER, qui me fera également la découpe du panier et des pieds car je ne suis pas équipée pour ce type de gros travaux.

Garder ce qui est beau

Voilà, j’y vois plus clair. Et maintenant, direction la salle d’aérogommage. Le bois s’avère être bien dur, mais a été traité avec un produit jaune et épais qui part difficilement par endroit. Il va falloir sortir le scraper en renfort.

P1000513

Le mécanisme présente sous la crasse, une belle rouille naturelle que je vais m’efforcer de conserver. Je règle donc finement mon aérogommeuse sur une pression inférieure à 3 bar, avec un grain fin, et je reste à une distance raisonnable. Le surplus de rouille part, pour ne garder que la rouille « noble » et fine, d’une belle couleur sombre. Je suis ravie !

Donner de la douceur

Il y a encore du travail à la sortie de la salle d’aérogommage. Je lave toutes les parties bois, et, lorsque tout est bien sec, je sors ma ponceuse Mirka (j’adore jouer avec ma ponceuse…). Gros grain d’abord, puis grain fin pour donner de la douceur au bois. J’en profite aussi pour bien poncer tous les petit bouts de bois endommagés ou les éclats qui pourraient blesser (d’abord parce que Catherine a de petits enfants qui pourraient s’amuser à jouer sous la console, et deuxièmement car j’aime le travail propre et le bois doux).

Créer un tableau de rouille

Le plateau métal est lui aussi passé sous le pistolet de l’aérogommeuse afin d’en écorcher l’acier pour mieux déclencher la rouille. Après l’avoir débarrassé de toutes les poussières de sable, je l’asperge copieusement de produit rouillant, et je laisse le travail se faire.

C’est beau un acier qui rouille. C’est un tableau évolutif de toute beauté qui me ravie à chaque fois.

Protéger et sublimer

Pendant ce temps, je m’occupe de la finition du piètement en protégeant le bois par un vernis à l’eau, puis une cire. Même traitement pour le mécanisme. Le résultat est superbe. Il me tarde de mettre le plateau en place.

Après quelques jours, la rouille a atteint un stade qui me satisfait, je nettoie donc le plateau et le protège.

relooking création acier rouille Indus industriel meubles console bois machine ancienne

Reste à assembler le tout. Cela pèse son poids, mais je préfère bien fixer le plateau au piètement par un système de tenons. Simple mais efficace.

relooking création acier rouille Indus industriel meubles console bois machine ancienne

La belle idée de réhabiliter les vieilles choses

Le résultat me semble plus que concluant pour qui aime l’Indus, et j’aime l’idée d’avoir réhabilité cette vieille machine qui croupissait dans une grange en décrépitude.

J’attends donc avec impatience que mon amie me fasse parvenir de belles photos déco de sa console mise en situation. Je ne manquerai pas de les partager.

A bientôt tout le monde !

Enregistrer

Enregistrer

L’aérogommage : ma base de décapage en quelques mots…

aérogommage décapage relooking meuble bois nettoyer DIY

Je vois bien que l’aérogommage vous interpelle lorsque je publie un article sur une création Mado Madi. J’ai donc pensé que vous aimeriez en savoir un peu plus sur le sujet.

Pfff, le décapage, quelle corvée….

En effet, quelle corvée que de décaper nos meubles. C’est d’ailleurs pour cela que les peintures sans décapage font un tabac. Pour ma part, j’ai un peu de mal avec cette technique car je trouve que ne pas « déshabiller » un meuble avant de le repeindre revient à mettre une jolie robe neuve sur son ancienne robe… Bref, je n’adhère pas trop mais c’est personnel.

Le décapage, quelles solutions ?

Il y a bien entendu les ponceuses, et la mienne, je l’adore : une Mirka Deros, avec laquelle j’utilise de l’abranet. Un abrasif textile qui permet d’évacuer parfaitement les poussières de ponçage. Et hop, efficacité garantie, et sans trace de disque.

mirka-deros

Il y a les scrapers pour gratter dans les petits trous et enlever les résidus de peintures. Grattouiller avec ça vaut tous les relaxants du monde… concentration et décontraction garantie… chacun son accès au paradis…

P1000547

Il y a les décapants en tout genre et les brosses métalliques.

images

C’est magique ….

Et puis, il y a « L’AEROGOMMAGE ». Sans cette technique, je pense qu’à l’âge canonique de 45 ans (ceci est une blagounette, merci aux quadras de ne pas lyncher sur le net), je ne me serais pas lancée professionnellement dans le métier du relooking. Quelques images perleront pour moi :

Pour les pros ?

Le mot est lâché : « professionnellement ». Oui, malheureusement, c’est un investissement assez lourd, réservé aux professionnels (bien que cela puisse se louer, ou que le service peut vous être proposé par certaines entreprises spécialisées).

Et c’est ma machine Ibix, une aérogommeuse à sec, qui me permet de faire aujourd’hui ce métier sans avoir une tendinite chronique …

aérogommage décapage relooking meuble bois nettoyer DIY

Attention, ne confondons pas tout !

Il ne faut cependant pas confondre sablage et aérogommage. L’aérogommage est beaucoup plus doux et respectueux des matières que le sablage, réservé aux gros travaux.

Comment ça marche ?

La pression

Ma petite machine Ibix, est reliée à un compresseur, et me permet de projeter du sable via un pistolet (ressemblant beaucoup à celui des peintres). La machine peut monter à près de 8 bar, mais pour les meubles en bois, je navigue généralement entre 3 et 4 bar.

Pour certains travaux, je descends sous les 3 bar. Lorsque je travaille la rouille par exemple. (il m’arrive lorsque je travaille des projets Indus, de vouloir conserver une partie de la rouille d’origine, et là, il faut y aller tout en douceur).

aérogommage décapage relooking meuble bois nettoyer DIY

Les buses

Je dispose aussi de 3 buses différentes (la buse est la petite canule que je mets à la sortie du pistolet pour adapter le jet de sable au meuble à décaper) : Une buse étroite et précise pour décaper les moulures et sculptures, une buse plus large avec un orifice différemment usiné qui me permet de diffuser le sable de manière régulière évitant ainsi des traces disgracieuses (euh, je ne sais pas si je suis très explicite…), et enfin une buse pour les gros travaux tels que le décapage du métal (là où il faut « envoyer du gros »).

La granulométrie

Le sable a également son importance. Comme pour le ponçage, suivant le meuble à traiter et le résultat souhaité, il faut choisir son « grain ». Je dispose donc pour ma part d’une gamme de 4 niveaux de grains allant de l’extra fin au très gros.

relooking meuble shabby aérogommage décapage peinture meuble diy

Une fois tout cela dit, je peux encore régler la quantité de sable envoyée.

Vous l’aurez bien compris, cette méthode permet  d’adapter le décapage au meuble, pour obtenir un résultat propre et ultra fin.

aérogommage décapage relooking meuble bois nettoyer DIY

Les limites de la magie

Attention, cela n’est cependant pas toujours une solution miracle (bien que ce soit souvent le cas). Lorsqu’un meuble a subit plusieurs couches épaisses de peinture successives (peinture, sur peinture, sur peinture…. sans décapage au préalable, vous voyez de quoi je parle ??), cela peut devenir compliqué et laborieux. Il faut donc passer sur d’autres solutions (décapant, décapeur thermique, scrapers….).

N’ayant pas fait moi-même de vidéo pour l’instant, en voici une réalisée par une entreprise belge. A noter que de nombreuses entreprises de sablage pratiquent maintenant l’aérogommage et peuvent vous proposer leurs services.

 

Sur cette vidéo, la personne ne porte pas de protection. Suite à des questions sur Facebook, je précise donc que pour ma part, je possède une cabine fermée et ventilée, et que je porte un masque avec filtres, une combinaison, et des gants.

Voilà, j’espère vous avoir un peu éclairé sur le sujet. A bientôt tout le monde !

D’autres articles concernant le relooking :

Relooking table en noyer Mado Madi.
Chez Danièle et Philippe : transformation de leurs meubles.
Comment rafraichir un 2 corps en merisier ?
Puply, 2 corps en merisier. Relooking chic.
Et d’autres créations Mado Madi……

Enregistrer

De Mérode – Haute Maroquinerie Bretonne

cuir haute maroquinerie de mérode sac à main python confection sur mesure

L’adage disant que la valeur n’attend point le nombre des années prend avec Manon Pansart tout son sens.

Manon est née en 1992 à Dinard. Et elle est tombée dedans toute petite, ses parents travaillant tous les deux le cuir. Son papa est bottier et possédait son propre atelier de confection sur mesure à Dinard lorsque Manon était jeune. Elle aide alors son père sur des opérations simples et est vite fasciné par les peaux, leur toucher, leur odeur, et les formidables possibilités qu’offre cette matière noble.

 

cuir haute maroquinerie de mérode sac à main python confection sur mesure

De la suite dans les idées…

La jeune fille d’alors sait rapidement ce qu’elle veut. Après son bac, elle poursuit à l’École supérieure internationale de la mode à Toulouse et obtient un BTS design de mode (styliste et modéliste).

Jeune diplômée, elle va parfaire sa technique dans des maisons de la haute maroquinerie telles que Isaac Reina, et la maroquinière Célia Granger avec qui elle goutera à la fabrication sur mesure de pièces haut de gamme.

cuir haute maroquinerie de mérode sac à main python confection sur mesure

La machine est lancée !

Outre la confection du cuir, les défilés de mode de la haute couture sont l’autre passion de Manon.

Tout est donc réuni pour mener la jeune femme vers son futur parcours de créatrice et d’entrepreneuse.

Forte de ses diverses expériences, elle décide en 2015 et à seulement 23 ans, de fonder son propre atelier. Et ce sera en Bretagne, auprès des siens. Elle y investi 25 000 euros pour acquérir les machines indispensables à son art. L’écrin sera un hangar de 80 m2 dans la campagne de Caudan près de Lorient car, la tête bien vissée, elle n’oublie pas les contraintes économiques.

cuir haute maroquinerie de mérode sac à main python confection sur mesure

La naissance d’une marque : De Mérode

De Mérode est né, du nom d’une danseuse étoile muse des peintres de la Belle époque. Celle ci incarne aux yeux de Manon, qui ne s’y trompe pas, la force, le modernise, et tout ce que la femme a de plus chic.

C’est de cette alchimie de savoir-faire ancestral, de modernisme, et d’amour des beaux matériaux que sont faites les créations de De Mérode.

Car Manon ne travaille que les matières nobles : le cuir tout d’abord. Elle n’utilise que le plus beau : le cuir pleine fleur, français ou italien. Les cuirs exotiques : python et galuchat de raie ou de requin. La fourrure : principalement du vison ou de la marmotte.

De la confection haute couture

Chaque modèle est imaginé, dessiné, et fabriqué dans son atelier. Chaque étape de la confection est réalisée à la main, par Manon elle-même. Et pour ce qui est des accessoires de laiton, haute qualité oblige, De Mérode se les procure auprès d’un fournisseur parisien qui approvisionne les plus grandes maisons de couture.

cuir haute maroquinerie de mérode sac à main python confection sur mesure

De Mérode, passionnément.

Alors, lorsque vous envisagerez peut être d’acquérir une création De Mérode, dites-vous bien que c’est le prix d’une confection artisanale des plus belles factures, dans de sublimes matières premières, et que ce morceau d’art Fabriqué en Bretagne représente ce qu’il y a de plus beau dans la haute maroquinerie bretonne.

Qu’on se le dise : Manon Pansart réalise non pas de belles, mais de sublimes créations… A suivre… passionnément….

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Site Web : http://www.demerode.fr

Facebook : http://www.facebook.com/DEMERODEpage

Points de vente :

Maison Dame Nature – Concept store – 25 Rue des Halles 56000 Vannesc
La petite rue à Bora Bora – 11 Rue Léo Le Bourgo 56100 Lorient
Aurore Cardin Design – Concept store – 2 Rue de l’Industrie 56100 Lorient
Les Nouvelles Quaintrelles – 7 Place Gambetta 56100 Vannes

D’autres articles pouvant vous intéresser :

NINE ORCET : Les bijoux Chainmail
Martina HEJMALOVA : Bijoux et scènettes, découvrez son univers fantasque

 

 

 

 

Relooking Mado Madi : table en noyer

relooking meuble noyer bois massif brocante antiquité DIY

La beauté du noyer

C’est peu dire qu’elle me plaisait cette table / bureau en noyer, en vente chez Z&P à Cholet (www.z-p.fr) où j’adore aller faire quelques emplettes meubles et déco.

Je devinais sous sa teinte marron, de beaux veinages. L’envie me titillait de la déshabiller pour révéler ses jolies couleurs d’origine.

relooking meuble noyer bois massif brocante antiquité DIY

relooking meuble noyer bois massif brocante antiquité DIY

Alors, je me suis jetée à l’eau.

Mon chauffeur livreur préféré, l’Homme, est allé me charger dans le fourgon cette pépite. Il ne m’a pas fallu longtemps pour savoir ce que j’allais en faire.

La déshabiller :

Mais commençons par le début : et hop, aérogommage.

Résultat : je ne m’étais pas trompée. Le noyer est vraiment un bois superbe, aux dessins naturels incroyables. Le plateau est un tableau à lui seul.

relooking meuble noyer bois massif brocante antiquité DIY

Rassurez-vous, il ne me serait pas venu à l’idée de la peindre, car, au risque de me répéter, il ne faut pas tout peindre ! Mais je souhaitais cependant légèrement contrarier les teintes foncées que prend parfois ce bois magnifique.

Modifions la teinte d’origine…

Une petite préparation teintée grisée fabrication maison, et voilà, le tour est joué.

Sans oublier un ponçage minutieux du plateau afin que le toucher soit aussi agréable que la vue (à mon goût en tout cas).

Puis, bien entendu une finition à la cire pour terminer de protéger le tout, sans oublier, évidemment, de patiner, encore, et toujours….

Et voilà !

A bientôt, pour de nouvelles aventures Mado Madi !

relooking meuble noyer bois massif brocante antiquité DIY

P1000539

relooking meuble noyer bois massif brocante antiquité DIY

Le nœud papillon revisité

création créateur noeud papillon mariage enfant vintage tissus

Pouloute : des créations en bois, en plume, en tissus…

Pouloute. nm – breton : petite poussière…

Non non, ce n’est pas de poussières que sont faites les créations d’Aurélie Bossu, styliste de métier, mais de petits morceaux de tissus soigneusement choisis. Des tissus repris de vêtements des années 50 et 60, pour leur texture si particulière que les amateurs de vintage connaissent bien.
Puis est venue l’envie de créer des pièces dans des bois nobles. Et ensuite la plume, surprenante mais tellement élégante et flamboyante.

Il n’y pas d’age pour porter un nœud papillon

Le principe : Plus besoin de savoir nouer un nœud papillon pour avoir de l’allure, tout en laissant penser le contraire. Un lien astucieux et réglable  sur le principe du « tour du cou » permet de le passer et l’attacher sur sa chemise.

Bébé a lui aussi son nœud papillon, assorti à celui de Papa ou à la robe de Maman… Aurélie a poussé l’idée jusqu’à en faire des bavoirs de cérémonie pour les toutes jeunes personnes… car on peut baver, mais sans perdre en élégance !

Pour les filles aussi !

Mais oui ! Il y a des occasions où le détail change tout. Il est donc courant qu’à l’occasion de mariages et d’évènements, les clients d’Aurélie BOSSU lui demandent de créer un modèle au masculin et au féminin. Sous la forme classique pour Monsieur, et sous forme de broche pour Madame. Il arrive même à la créatrice de conseiller la tenue à assortir avec ses créations, lorsqu’il y a coup de cœur pour l’un des modèles.

Une véritable originalité

Aurélie Bossu dépoussière cet accessoire quelque peu désuet pour en faire un bijou de modeur en recherche d’originalité. Et ce n’est pas Stromaé qui dira le contraire, puisque la créatrice lui a offert un de ses plus beaux modèles  à l’occasion de l’un de ses concerts.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Où trouver ses créations ?

En contactant Aurélie Bossu via le site : pouloute.fr
En boutique : Ô jolis Mômes – 26 rue de l’orangerie – 49300 CHOLET
Sur le Web : littlemarket.fr

En savoir plus

  • Web : pouloute.fr
  • Article : ouest-france.fr/economie/entreprises/economie-au-feminin/cholet-49-la-creatrice-pouloute-reinvente-le-noeud-papillon

Julie PILLET : la chaussure Made In Bretagne

 

Arghhhh !!!! Je les veux toutes !!!! C’est le cri du cœur (très féminin comme cri…) qui m’est venu lorsque j’ai découvert les chaussures crées par Julie Pillet. Un gros coup de cœur donc (comme d’ailleurs tout ce que vous trouverez sur ce blog, sinon ça ne marche pas).

Une créatrice complètement à l’Ouest !

Et puis au fil de mes recherches sur la jeune créatrice, j’ai découvert son parcours : Julie a grandie dans le Morbihan. Après un master d’histoire de l’art, elle part vers Cholet pour une formation de styliste modéliste en chaussure (Cholet est, pour ceux qui ne le savent pas, la capitale historique de la chaussure, après Romans). Tiens tiens… des attaches dans le Morbihan et dans le Maine et Loire… ça me rappelle quelqu’un… (pour comprendre, visitez la page blog  https://madomadi.wordpress.com/qui-suis-je/).

Sa formation exigeant un stage, Julie l’accomplira chez Primigi, en Italie.

La jeune femme a donc découvert à Cholet le travail du cuir, ce qui devient alors chez elle une vraie passion. Elle ne pense cependant pas spontanément à la chaussure. Elle avoue même qu’au départ, ce domaine ne l’attirait franchement pas particulièrement, ce qui a bien changé depuis pour notre plus grand bonheur.

Créer par soi-même et pour soi-même

En fait, c’est la création qui la passionne avant tout. Le cuir lui permet alors d’explorer d’infinies possibilités, tout en travaillant une sublime et noble matière.

Forte de son parcours au sortir de sa formation et de son stage, elle décide de gouter aux joies de fabriquer ses propres créations, et de tester l’accueil du public au Midec 2007 (salon annuel de la chaussure se tenant à Paris, et ouvert exclusivement aux professionnels). Essai concluant : Julie repart du salon plus motivée que jamais, et avec de bons contacts.

Cela lui ouvre les portes de quelques boutiques où elle peut enfin mettre ses créations en vente au public. L’aventure peut démarrer !

collaboration

Julie Pillet est désormais installée à Nantes, dans une boutique partagée avec son alter égo masculin de la chaussure, Laurent Bourquin (Les Fauves – Nantes). Le cuir provient d’Espagne ou d’Italie. Jusqu’en Mai 2016, les talons étaient fabriqués en Italie, les semelles (cuir) à Cholet, et sous traitait le montage à une entreprise du May-sur-Evre (49) et se réservait la coupe et le piquage. Mais depuis, Julie a investie dans les machines nécessaires pour réaliser elle-même la production de A à Z.

Cocorico !

La créatrice porte joliment et haut l’étendard de l’industrie de la chaussure Made in France, que nombre de personnes avaient enterrée trop tôt. Elle en parle mieux que quiconque, et sais que ce savoir-faire très typique existe encore dans notre pays, il se cache d’ailleurs du coté de Cholet. Les grandes marque de luxe de la maroquinerie ne s’y sont d’ailleurs pas trompées, y recentralisant une partie de leur fabrication.

Des chaussures qui ont du chien

N’allez pas lui dire que ses modèles sont « rétros », elle n’aime pas être rangée dans une catégorie. Elle fait ce qu’elle aime, avec toute la créativité et l’originalité que cela comprend.

portrait2

Et Julie Pillet n’en manque pas, de créativité. Ses chaussures sont colorées, féminines, équilibrées. Elles donnent envie de couleurs et de fantaisie. Le confort et la qualité ne sont aucunement sacrifiés à l’autel de l’esthétique. Et si la gamme compte plusieurs de modèle de base, ils sont tous personnalisables pour coller au mieux aux souhaits et tempérament de la future princesse qui s’envolera dans ses beaux souliers. Au final : il n’y a pas 2 paires identiques.

Il est même possible d’obtenir des demis mesures, et ça, croyez-moi, sans mauvais jeu de mots (quoi que…) : c’est le pied !

Alors vite, que les chanceuses qui vivent près de Nantes partent à la découverte de sa boutique « Les Fauves », et pour les moins chanceuses, allez donc faire un tour du côté de son site http://www.juliepillet.com.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Points de vente

Les Fauves 2 rue Yves Bodiguel à Nantes (44)

Ginko Biloba – Quiberon (56)

Radis Vert et Poids Roses – 9 rue Victor Hugo – Rennes (35)

Les Pétroleuses – 7 rue Versigny – 75018 Paris

Les fées mouvementées 24 rues de la Madeleine – Nimes (06)

Contact

Julie Pillet, Nantes.
Tel : 06 77 13 80 40 (par SMS de préférence)
E-mail : lasardine@hotmail.it

http://www.juliepillet.com

Enregistrer

Enregistrer

Projet Relooking Mado Madi : Chez Danièle et Philippe

relooking meubles chène décapage peinture déco décoration intèrieur DIY

Chez Danièle et Philippe. Une maison à la modernité intemporelle

Danièle et Philippe ont construit leur maison en 1991, sur un principe de 2 blocs s’imbriquant l’un dans l’autre, séparant la partie jour de la partie nuit. C’était extrêmement moderne pour l’époque, et cela le reste encore.

Leur maison a passé les années sans encombre, cependant leur intérieur a un peu vieilli. Normal.

Ils ont donc décidé de faire appel à une jeune décoratrice d’intérieure LC Architecture intérieure et Décoration (https://www.facebook.com/LC-Architecture-intérieure-et-Décoration), qui leur a façonné un projet, et coordonné les corps de métiers.

relooking meubles DIY décoration intèrieur archictecte intèrieur

Des meubles d’ébénisterie

En 2001, pour le séjour, le couple avait fait réaliser des meubles en chêne massif par un ébéniste, Mr Martineau de St Hilaire du bois en Vendée (Mr Martineau a eu l’excellente idée d’identifier les meubles à son nom sur l’arrière d’un tiroir) : un double corps avec vitrine, un buffet 3 portes, et une table à rallonges.

Si les meubles étaient de belle facture et d’un chêne premier choix, ils avaient néanmoins vieilli et n’étaient pas esthétiquement adaptés à leur projet intérieur. Mais les propriétaires y étaient attachés, et il devient actuellement difficile de trouver la même qualité de produit dans un budget correct.

C’est là que Mado Madi intervient ! Le relooking de leurs meubles est donc LA solution à leur problématique.

Le changement, c’est maintenant !

Action ! Le peintre décorateur arrivant faire les travaux pour quelques temps, Danièle et Philippe ont décidé de partir en vacance pendant ce temps (wouahh ! ça va être un choc dans l’effet avant / après !). Ils me déposent les meubles la semaine précédant l’arrivée de l’artisan.

C’est parti : démontage des meubles, y compris de la vitre du buffet maintenue par des parcloses (aaah… le bonheur de démonter et remonter des parcloses…), et direction la salle d’aérogommage pour tout ce petit monde.

Comme je m’y attendais, le bois se révèle d’une belle couleur claire. Mais que l’on ne s’y trompe pas pas, cela n’empêche qu’il peut y avoir d’importantes remontées de tannins. Je nettoie donc avec de l’eau ammoniaquée (eh ben, c’est pas joli joli….).

Les finitions en douceur

Une fois le bois tout beau tout propre, je le protège avec un vernis à l’eau et 2 couches de cire, dont une cire ultra résistante pour le plateau de la table.

Et maintenant, à l’attaque des plateaux et du piètement qui doivent être peint d’un beau noir très profond selon la finition choisie par Danièle et Philippe. Cela doit être beau, doux au toucher, tout en étant résistant.

Alors voilà : 2 couches de peinture noire, et une cire préparation maison MADO MADI teintée noire et légèrement brillante. Attention aux temps de séchage, les meubles doivent repartir un peu rapidement à mon gout pour le dernier plateau, mais pas le choix car c’est moi qui prend des vacances cette fois ci.

Changement de poignées selon une sélection proposée : ils optent pour des poignées coquilles noires sur les tiroirs, et des boutons de portes Chehoma sur les buffets.

De retour à la maison

Danièle et Philippe rependront leurs meubles, sur lesquels j’aurais travaillé 2 semaines à temps plein, afin de ne pas les laisser trop longtemps sans leur mobilier.

Les heureux propriétaires ont la gentillesse de m’envoyer un message pour me dire que le transport et l’installation le soir même s’est passé sans soucis majeur. Ouf, les bébés sont bien arrivés.

Et comme rien ne vaut de voir le résultat en situation, ils m’ont gentiment invitée à venir voir leur nouvel intérieur.

Un renouveau percutant

Quelle belle surprise en arrivant. Le projet LC architecture est terminé, et le changement est percutant. Danièle avouera un effet « Valérie Damidot » (en mieux) en rentrant chez eux après les vacances. Le (bon) choc a été réel, et on les comprend au vu du résultat.

L’ensemble est moderne, de très bon goût, et facile à vivre.

Les meubles sont méconnaissables dans leur nouvel univers et avec leur nouveau look.

La table est entourée de chaises qui semblent faites pour aller avec celle ci. Les pieds (en hêtre, de mémoire) s’accordent parfaitement avec la couleur du plateau, et l’assise répond superbement au piètement de la table.

Nous avons testé le tout autour d’un petit apéro, bien mérité pour tout le monde. Elle est pas belle la vie ?

Le petit plus ?

Le petit plus : Philippe confie toucher souvent les meubles, pour en apprécier la douceur de la finition. Mission accomplie !

la rouille : Artiste contemporain urbain

Sa toile de prédilection : la friche urbaine

Une fois n’est pas coutume, je laisserai la part belle aux photos dans cet article tant les œuvres de « la rouille » sont puissantes et se suffisent à elle-même.

Ces peintures géantes sur fond de désolation et de friche vous laissent sans souffle, sans voie. Un véritable uppercut de l’art contemporain urbain.

La rouille exerce son art depuis 2013 dans des friches industrielles, ruines de maisons abandonnées, terrains bordés de murs dont la décrépitude lui servira de toile. En Bretagne bien entendu, région de prédilection : Rennes, Redon… Et aussi en France et à l’étranger.

Des œuvres puissantes

Et ça vous prend aux tripes, vous explose dans la tête. Je ne peux m’empêcher parfois de penser à la puissance du célèbre tableau « Le Cri » de Munch.

L’artiste ne peint pas exclusivement les murs, et a présenté dernièrement ses créations sur support plus « classique » ses œuvres à la galerie L’ombre Blanche à Rennes qui propose des expositions éphémères (www.lombreblanche.fr).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Où trouver la rouille ?

Pour découvrir son travail ou acquérir une œuvre, vous pourrez le contacter par ce biais

https://www.la-rouille.com

https://www.instagram.com/la__rouille/

https://www.facebook.com/Larouillepaintings

Alors maintenant, laissons les mots. Laissons parler l’art de la rouille (sans majuscule, l’artiste y tient !).

 

Grand 2 corps en merisier – Commande client Mado Madi – relooking

relooking meuble merisier teinte vintage contemporain aérogommage décapage

Marie-H fait son ménage de printemps !

Cette année, MH a décidé de mettre un coup de frais à sa maison. Lassée des couleurs existantes elle prévoie de refaire entièrement son entrée et sa pièce de vie.

Seulement voilà, ce n’est pas le tout de repeindre les murs, car il y a devant l’un des dits mur, un imposant 2 corps, héritage de Monsieur Marie-H provenant de sa grand-mère. Madame ne supporte plus sa teinte, et son vernis qui a malheureusement mal vieilli et semble étouffer le bois. Et Monsieur tient beaucoup à son meuble.

relooking meuble merisier teinte vintage contemporain aérogommage décapage

C’est donc une mission pour Mado Madi. Marie-H ne veut cependant pas un relooking (dommage, je l’aurais bien repeint celui là…). Elle veut lui redonner un coup de fraicheur, et hésite à lui mettre de nouveau une teinte.

La teinte merisier….

Trouvant dommage d’étouffer de nouveau la nature du bois par une nouvelle teinte foncée, j’arrive à convaincre ma cliente d’attendre de voir son meuble après décapage, car je soupçonne une belle couleur miel sous la teinte merisier foncé.

Au cours des opérations habituelles, le meuble dévoile de très belles choses : superbes dessin du bois, beaux nœuds, bois de teintes différentes. Ce meuble a décidément du caractère !

Des veinages remarquables et un belle couleur

J’invite alors Marie-H à venir voir son meuble. Et quel bonheur de la voir le redécouvrir. C’est un vrai coup de cœur pour ses beaux veinages et ses bois bruts. Je lui fais entrevoir la couleur définitive une fois le bois protégé : un très beau miel apparait…

relooking meuble merisier teinte vintage contemporain aérogommage décapage

Nous sommes donc d’accord : nous laisserons enfin ce merisier vivre sa couleur naturelle, sublimée par un vernis à l’eau et une cire.

Retour à la maison

Quelques jours plus tard le meuble retrouve sa place dans la pièce de vie, et n’attend plus que le passage du peintre dans la pièce pour enfin sublimer sa vrai nature ! Et Marie-H m’a promis de belles photos que je ne manquerai pas de publier.

Merci Marie-H pour ta confiance !

relooking meuble merisier teinte vintage contemporain aérogommage décapage