Les Faïences de Valérie Le Roux : la Bretagne réinventée

Valérie Le Roux, plasticienne et céramiste, n’aime pas être sous les projecteurs. Elle préfère la lumière de son atelier, niché dans une petite rue de Concarneau, au 4 rue Duguay-Trouin. Elle n’est pas moins cependant une ambassadrice de cette jolie ville de caractère, créatrice emblématique bien connue dans le petit monde de l’artisanat d’art et de la création.

De caractère, Valérie n’en manque pas non plus, malgré sa discrétion et sa modestie. Son parcours en atteste s’il est besoin : issue d’une famille de Rosporden travaillant dans la confection, cela a aiguisé son œil et ses gouts pour les couleurs, les matières, et l’art.

En passant par la peinture

Jeune, elle cherchera tout d’abord sa voie vers l’art, la peinture plus précisément. Avec un certain succès puisqu’elle exposera dans la galerie de Patrick Gaultier, spécialisé dans l’art contemporain. Elle a alors 20 ans.

Elle choisit ensuite d’ouvrir, toujours à Concarneau, un atelier où elle formera nombre d’élèves, dont des enfants auxquels elle continue d’enseigner 20 ans plus tard.

valérie le roux concarneau céramique henaff joss poisson céramiste artiste bretagne finistère

Se réinventer

A la naissance de sa fille, l’artiste tire un trait sur la peinture contemporaine sous la forme qu’elle pratiquait alors, assez « violente » selon ses termes. L’envie de peindre s’en est allée. Apaisée, il lui faut alors se réinventer.

Car c’est ainsi que fonctionne Valérie Le Roux. Pas de carrière tracée, ni projetée, mais des envies, des rencontres, des évènements qui détournent les chemins de la vie.

Dans les traces de la tradition faïencière

Bosseuse et tenace, elle apprend l’art de la faïence au travers de divers stages et formations, se nourrissant également des conseils d’autres artisans et artistes. « les conseils font gagner du temps » vous dira-t-elle. Elle fera également un rapide passage aux beaux-arts de Quimper.

Apprendre et transmettre

Toujours à la recherche de découverte et de savoir-faire, Valérie Le Roux fait des résidences à la Faïencerie du Bourg-Joly en Sarthe (maison créée en 1747), afin « d’explorer d’autres formes de pièces ». Des rencontres, des échanges, la transmission, encore et toujours…

Et cela lui va comme un gant : travailleuse, mais aussi exigeante, passionnée par la fabrication, la technique, les matières, dont elle s’imprègnera tout au long de son parcours. Elle a d’ailleurs intégré depuis quelques années les ateliers d’Art de France, signe de reconnaissance d’un travail de haute qualité.

Selon Valérie : « c’est le travail et la recherche personnelle qui peuvent permettre de trouver sa technique et son style ». Valérie a visiblement trouvé le sien, et on aime !

L’inspiration aux portes de l’atelier

Elle mène donc désormais cette quête dans son atelier, nourrissant son inspiration au plus près d’elle : la mer, les bateaux, la plage… viscéralement Bretagne.

Et ses créations se reconnaissent entre toutes, son style lui est propre, décliné sur ses bouteilles, tasses et autres vaisselles, mais aussi sur du tissus. Des poissons, des crabes, des algues, reproduits dans ses couleurs de prédilections, couleurs de mer et de littoral : du bleu ! du rouge ! de l’orange et des gris !

Sous les traits de l’artiste

Des traits simples, mais inimitables, comme ceux de certains grands artistes modernes.

Et on adore, ses têtes de maquereaux qui semblent sortir de l’eau pour nous faire un clin d’œil, et ses chiffres  qui paraissent volés aux coques des barques et vieux bateaux de pécheurs… et l’on se sent marin, un peu (si, si, même moi, bretonne irrémédiablement malade en bateau…), breton, beaucoup…

Ses créations égaient et colorent grand nombre de tables du coin, dont l’hôtel de charme Ar Men Du (Nevez), qui lui a commandé 800 pièces pour le plus grand plaisir de ses hôtes… Ils ne s’y trompent pas.

En collaboration avec…

Du décor de qualité, sur des faïences de qualité, mais pas que… Valérie Le Roux aime explorer et s’essayer à des collaborations telles que celles réalisées avec le brodeur Le Minor, ou avec Josse pour des carreaux de terre cuite, ou encore avec la marque désormais très connue des accros au monde marin 747 Sailbags (Lorient).

Dernière collaboration en date : Valérie vient tout juste de créer pour la Conserverie de Groix et Nature (Ile de Groix), une boite de pâté marin !

DSC_8127

Et aussi, ses motifs se déclinent désormais sur des coussins, des tableaux sérigraphies, et une multitude de choses à découvrir.

Du coté de Duguay-Trouin

Alors, le mieux, quand vous passerez par là-bas, est encore d’aller jeter un œil du côté de la rue Duguay-Trouin….

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Points de vente

Atelier boutique – 4 rue Duguay-Trouin – 29 Concarneau

Boutique Le Minor – 29 Pont-L’Abbé

Boutique de Pont Aven – 56 Quiberon

Bertaud – 19 rue Pas du Minage – 17 La Rochelle

Colibry Maya – rue Saint Jacques – 64 Saint Jean de luz

GALERIE HSP – Le Village Suisse – 13 rue Alasseur, 75015 Paris

Projets personnalisés sur demande

Contacts

Valérie Le Roux – 4 rue Duguay-Trouin – 29900 Concarneau
Tel : 02.98.50.82.13
Port. : 06.82.08.27.19

http://www.valerieleroux.com

http://www.facebook.com/Atelier-Boutique-Valérie-Le-Roux

Le Bestiaire en céramique de Simon Pavec

ceramique art artiste création insecte papillon libellule phasme terre bretagne angers Loire

La première fois que j’ai vu les œuvres de Simon Pavec, je n’ai pas compris ce que je voyais : des empreintes ? des insectes figés dans la matière ? des fossiles ? Et puis j’ai compris ce que c’est : de l’art !

ceramique art artiste création insecte papillon libellule phasme terre bretagne angers Loire

Les passions de Simon :

Simon PAVEC a 2 passions (au moins…) : le monde des insectes, et la céramique. A première vue, aucun rapport. Sauf que Simon a réussi à réunir ces 2 mondes dans ses créations.

La terre (1)

Le jeune homme aime la terre, la travailler, hors du temps… prendre le temps de la malaxer, le temps de l’illustrer, le temps de la cuir pour mieux la sublimer.

Les insectes (2)

Il aime aussi les insectes, papillons, scarabées, phasmes. Simon réuni la finesse de ces animaux et la précision de son art. Il prépare la terre, pour qu’elle puisse ensuite accueillir son bestiaire préalablement gravé et/ou moulé avec finesse dans du plâtre, anticipant le résultat final par une approche technique de la cuisson.

La céramique (3)

L’ajout d’oxydes métalliques (aïe, c’est un peu technique pour moi…), associée à la cuisson au four à bois viennent apporter des teintes surprenantes et parfois oniriques, accompagnant ainsi libellules et papillons.

La cuisson avait lieu jusqu’en 2016 dans le four à bois du collectif d’artistes Centrale 7Simon Pavec a été résident durant 7 ans. Il s’agit d’une friche industrielle de mines de fer à Angers (Nyoiseau exactement).

ceramique art artiste création insecte papillon libellule phasme terre bretagne angers Loire

Une vie en cohérence avec son art

Depuis cet hiver, le jeune homme cuit ses créations dans son propre four, bâti de ses mains auprès de la maison en paille qu’il a également conçue vivant ainsi en cohérence avec son art. Simon Pavec ne manque décidément pas de ressource et d’énergie. Il y a également désormais installé son atelier.

ceramique art artiste création insecte papillon libellule phasme terre bretagne angers Loire

L’amour de la transmission

Et comme il aime partager, Simon donne des cours de découverte ou de perfectionnement en collaboration avec l’association L’acte à Thiercé (49) : il vous ouvrira alors l’immense potentiel des argiles (grès, faïence, porcelaine) au travers de diverses techniques (sculpture, gravure, modelage…). Et peut-être la possibilité de toucher du doigt son univers… ?

J’ai rêvé…

La première fois que j’ai vu les œuvres de Simon Pavec, j’ai rêvé la nuit suivante que ses insectes prisonniers de la matière reprenaient leur envol… comme quoi, les œuvres de Simon ont aussi le pouvoir de faire rêver…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

En savoir plus :

Formation : renseignements au 02 41 95 45 46 ou simonpavec@gmail.com

Contact : http://www.simonpavec.book.fr/contact/

De Mérode – Haute Maroquinerie Bretonne

sac à main maroquinerie de mérode bretagne morbihan artisan d'art

L’adage disant que la valeur n’attend point le nombre des années prend avec Manon Pansart tout son sens.

Manon est née en 1992 à Dinard. Et elle est tombée dedans toute petite, ses parents travaillant tous les deux le cuir. Son papa est bottier et possédait son propre atelier de confection sur mesure à Dinard lorsque Manon était jeune. Elle aide alors son père sur des opérations simples et est vite fasciné par les peaux, leur toucher, leur odeur, et les formidables possibilités qu’offre cette matière noble.

 

cuir haute maroquinerie de mérode sac à main python confection sur mesure

De la suite dans les idées…

La jeune fille d’alors sait rapidement ce qu’elle veut. Après son bac, elle poursuit à l’École supérieure internationale de la mode à Toulouse et obtient un BTS design de mode (styliste et modéliste).

Jeune diplômée, elle va parfaire sa technique dans des maisons de la haute maroquinerie telles que Isaac Reina, et la maroquinière Célia Granger avec qui elle goutera à la fabrication sur mesure de pièces haut de gamme.

cuir haute maroquinerie de mérode sac à main python confection sur mesure

La machine est lancée !

Outre la confection du cuir, les défilés de mode de la haute couture sont l’autre passion de Manon.

Tout est donc réuni pour mener la jeune femme vers son futur parcours de créatrice et d’entrepreneuse.

Forte de ses diverses expériences, elle décide en 2015 et à seulement 23 ans, de fonder son propre atelier. Et ce sera en Bretagne, auprès des siens. Elle y investi 25 000 euros pour acquérir les machines indispensables à son art. L’écrin sera un hangar de 80 m2 dans la campagne de Caudan près de Lorient car, la tête bien vissée, elle n’oublie pas les contraintes économiques.

cuir haute maroquinerie de mérode sac à main python confection sur mesure

La naissance d’une marque : De Mérode

De Mérode est né, du nom d’une danseuse étoile muse des peintres de la Belle époque. Celle ci incarne aux yeux de Manon, qui ne s’y trompe pas, la force, le modernise, et tout ce que la femme a de plus chic.

C’est de cette alchimie de savoir-faire ancestral, de modernisme, et d’amour des beaux matériaux que sont faites les créations de De Mérode.

Car Manon ne travaille que les matières nobles : le cuir tout d’abord. Elle n’utilise que le plus beau : le cuir pleine fleur, français ou italien. Les cuirs exotiques : python et galuchat de raie ou de requin. La fourrure : principalement du vison ou de la marmotte.

De la confection haute couture

Chaque modèle est imaginé, dessiné, et fabriqué dans son atelier. Chaque étape de la confection est réalisée à la main, par Manon elle-même. Et pour ce qui est des accessoires de laiton, haute qualité oblige, De Mérode se les procure auprès d’un fournisseur parisien qui approvisionne les plus grandes maisons de couture.

cuir haute maroquinerie de mérode sac à main python confection sur mesure

De Mérode, passionnément.

Alors, lorsque vous envisagerez peut être d’acquérir une création De Mérode, dites-vous bien que c’est le prix d’une confection artisanale des plus belles factures, dans de sublimes matières premières, et que ce morceau d’art Fabriqué en Bretagne représente ce qu’il y a de plus beau dans la haute maroquinerie bretonne.

Qu’on se le dise : Manon Pansart réalise non pas de belles, mais de sublimes créations… A suivre… passionnément….

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Site Web : http://www.demerode.fr

Facebook : http://www.facebook.com/DEMERODEpage

Points de vente :

Maison Dame Nature – Concept store – 25 Rue des Halles 56000 Vannesc
La petite rue à Bora Bora – 11 Rue Léo Le Bourgo 56100 Lorient
Aurore Cardin Design – Concept store – 2 Rue de l’Industrie 56100 Lorient
Les Nouvelles Quaintrelles – 7 Place Gambetta 56100 Vannes

D’autres articles pouvant vous intéresser :

NINE ORCET : Les bijoux Chainmail
Martina HEJMALOVA : Bijoux et scènettes, découvrez son univers fantasque

 

 

 

 

Julie PILLET : la chaussure Made In Bretagne

 

Arghhhh !!!! Je les veux toutes !!!! C’est le cri du cœur (très féminin comme cri…) qui m’est venu lorsque j’ai découvert les chaussures crées par Julie Pillet. Un gros coup de cœur donc (comme d’ailleurs tout ce que vous trouverez sur ce blog, sinon ça ne marche pas).

Une créatrice complètement à l’Ouest !

Et puis au fil de mes recherches sur la jeune créatrice, j’ai découvert son parcours : Julie a grandie dans le Morbihan. Après un master d’histoire de l’art, elle part vers Cholet pour une formation de styliste modéliste en chaussure (Cholet est, pour ceux qui ne le savent pas, la capitale historique de la chaussure, après Romans). Tiens tiens… des attaches dans le Morbihan et dans le Maine et Loire… ça me rappelle quelqu’un… (pour comprendre, visitez la page blog  https://madomadi.wordpress.com/qui-suis-je/).

Sa formation exigeant un stage, Julie l’accomplira chez Primigi, en Italie.

La jeune femme a donc découvert à Cholet le travail du cuir, ce qui devient alors chez elle une vraie passion. Elle ne pense cependant pas spontanément à la chaussure. Elle avoue même qu’au départ, ce domaine ne l’attirait franchement pas particulièrement, ce qui a bien changé depuis pour notre plus grand bonheur.

Créer par soi-même et pour soi-même

En fait, c’est la création qui la passionne avant tout. Le cuir lui permet alors d’explorer d’infinies possibilités, tout en travaillant une sublime et noble matière.

Forte de son parcours au sortir de sa formation et de son stage, elle décide de gouter aux joies de fabriquer ses propres créations, et de tester l’accueil du public au Midec 2007 (salon annuel de la chaussure se tenant à Paris, et ouvert exclusivement aux professionnels). Essai concluant : Julie repart du salon plus motivée que jamais, et avec de bons contacts.

Cela lui ouvre les portes de quelques boutiques où elle peut enfin mettre ses créations en vente au public. L’aventure peut démarrer !

collaboration

Julie Pillet est désormais installée à Nantes, dans une boutique partagée avec son alter égo masculin de la chaussure, Laurent Bourquin (Les Fauves – Nantes). Le cuir provient d’Espagne ou d’Italie. Jusqu’en Mai 2016, les talons étaient fabriqués en Italie, les semelles (cuir) à Cholet, et sous traitait le montage à une entreprise du May-sur-Evre (49) et se réservait la coupe et le piquage. Mais depuis, Julie a investie dans les machines nécessaires pour réaliser elle-même la production de A à Z.

Cocorico !

La créatrice porte joliment et haut l’étendard de l’industrie de la chaussure Made in France, que nombre de personnes avaient enterrée trop tôt. Elle en parle mieux que quiconque, et sais que ce savoir-faire très typique existe encore dans notre pays, il se cache d’ailleurs du coté de Cholet. Les grandes marque de luxe de la maroquinerie ne s’y sont d’ailleurs pas trompées, y recentralisant une partie de leur fabrication.

Des chaussures qui ont du chien

N’allez pas lui dire que ses modèles sont « rétros », elle n’aime pas être rangée dans une catégorie. Elle fait ce qu’elle aime, avec toute la créativité et l’originalité que cela comprend.

portrait2

Et Julie Pillet n’en manque pas, de créativité. Ses chaussures sont colorées, féminines, équilibrées. Elles donnent envie de couleurs et de fantaisie. Le confort et la qualité ne sont aucunement sacrifiés à l’autel de l’esthétique. Et si la gamme compte plusieurs de modèle de base, ils sont tous personnalisables pour coller au mieux aux souhaits et tempérament de la future princesse qui s’envolera dans ses beaux souliers. Au final : il n’y a pas 2 paires identiques.

Il est même possible d’obtenir des demis mesures, et ça, croyez-moi, sans mauvais jeu de mots (quoi que…) : c’est le pied !

Alors vite, que les chanceuses qui vivent près de Nantes partent à la découverte de sa boutique « Les Fauves », et pour les moins chanceuses, allez donc faire un tour du côté de son site http://www.juliepillet.com.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Points de vente

Les Fauves 2 rue Yves Bodiguel à Nantes (44)

Ginko Biloba – Quiberon (56)

Radis Vert et Poids Roses – 9 rue Victor Hugo – Rennes (35)

Les Pétroleuses – 7 rue Versigny – 75018 Paris

Les fées mouvementées 24 rues de la Madeleine – Nimes (06)

Contact

Julie Pillet, Nantes.
Tel : 06 77 13 80 40 (par SMS de préférence)
E-mail : lasardine@hotmail.it

http://www.juliepillet.com

Enregistrer

Enregistrer

Macfarlane création, des robes de mariées, mais pas que…

robe mariée création brest artisan artiste créateur mode

Macfarlane création, des robes de mariées, mais pas que…

Des robes de mariées dans le blog Mado Madi ??? Mais oui, évidemment : si cela n’est pas de la création, qu’est-ce que la création ? Sans compter que nous, les filles, cela nous fera toujours rêver.

Pour ma part, avant de rencontrer l’Homme, je disais toujours vouloir la robe de mariée, mais sans le mariage… eh bien… j’ai eu le mariage, sans la robe de mariée… ça m’apprendra tiens ! Alors, je continue de rêver devant ces robes de princesses modernes.

 Une duo d’enfer pour des robes de paradis

Deux fées brestoises se cachent derrière l’enseigne Macfarlane Création : Elise Madec et Maud Mitenne. Leur écrin est niché au 51 rue de Traverse à Brest (29) et accueille tant les professionnels que les particuliers.

Elise a une formation en Arts Appliqués, et en Design D’Espace. Elle décrochera plus tard son diplôme des Métiers d’Art Costumier et exercera en tant qu’assistante scénographe pour le festival d’arts de rue de Soteville Les Rouen.

Maud est passionnée depuis toujours par la littérature, la scène et la mode. Elle obtient son Diplôme des Métiers d’Art Costumier avec les félicitations du jury ! Cela la conduira à pratiquer son art dans de grands ateliers parisiens pour le cinéma, et le théâtre (théâtre classique et théâtre de rue).

 

Un travail tout en finesse

C’est l’amour du travail bien fait, des matières précieuses, de la création, et de l’exigence qui rassemblent et animent le duo. Elles donnent le temps au temps, écoutent les clients, perçoivent même ce qui n’est pas audible, pour dessiner à leurs client(e)s un projet à la hauteur de ce qui est l’un des plus beau jours qui soit (je sais, ça fait cliché, mais c’est tellement vrai !). Des projets sages, des projets fous, toute demande fait l’objet de passion et d’attention pour en faire un vêtement unique en soi.

 

Costumes de scène

Il faut également ici parler de cette autre facette de travail de Macfarlane, car il est tout aussi captivant.

Macfarlane c’est aussi le travail du costume de scène. Elles n’ont jamais délaissé leur passion première, le métier de costumière.

Il serait réducteur de dire que ce métier est un métier de couture : pour réaliser un projet de costume de scène, il faut au préalable réaliser de nombreuses recherches : histoire, sociologie, psychologie… un travail laborieux, mais qui leur a permis d’étendre leur savoir-faire et leur connaissances.

robe mariée création brest artisan artiste créateur mode

 

Contacter les créatrices

Macfarlane Création
51 Rue Traverse
29200 Brest
Finistère

https://www.facebook.com/macfarlanecreation

Yann Lesacher, la Bretagne par les contours

yann lesager breton bretagne pêcheur humour graphiste illustrateur marin aquarelle pastel

Yann Lesacher, la Bretagne par les contours

Graphiste, illustrateur, peintre, randonneur…

 Yann Lesacher est né à Saint Brieuc en 1966.

Cet artiste pas comme les autres (vous comprendrez pourquoi si vous avez la patience de lire la totalité de cet article…) a étudié le graphisme publicitaire en Normandie, puis est entré à l’école des Beaux-Arts de Rennes, et a complété tout ceci par un passage à l’école de Gobelins (Paris). Voilà pour le CV…

Graphiste et illustrateur indépendant depuis une vingtaine d’année, c’est désormais le dessin qui l’anime pleinement. Il vous le dirait : c’est son métier. Et à le voir, c’est viscéral : le crayon ou le pinceau semblent être un prolongement naturel de sa main.

L’œil pétillant, il dessine, peint, croque les paysages, les personnages, les animaux, les mécaniques, le matériel agricole… peu importe le sujet, pour peu qu’il y ait l’ivresse du dessin. Tout ce qui arrête son regard au cours de ses randonnées sur le GR34 ou lors de ses voyages autour du monde est sujet à remplir ses incroyables carnets.

Yann Lesacher est un fou de dessin et d’art pictural et graphique. Alors il s’attache à remettre au gout du jour le dessin traditionnel trop souvent dénigré à l’heure actuelle selon l’artiste.

La Bretagne par les contours

Depuis quelques années, l’homme arpente la côte bretonne, suivant le GR34. Il découpe ce sentier de grande randonnée en étapes de 15 à 20 km. Durant chaque périple, il dessine et photographie afin d’alimenter ensuite ses carnets pour en faire des albums intitulés Une Bretagne par les contours, dont chacun retrace un itinéraire précis.

« Le but est de faire des dessins, faire des témoignages de ce que l’on peut voir aujourd’hui sur la côte bretonne : la faune, la flore, le paysage, les touristes qui passent, les enfants qui jouent, la mer, le patrimoine », explique cet artiste qui ne manque pas d’humour. Car lors de ses croquis, il ne se contente pas de peindre ou de dessiner. Bien souvent, le sujet lui inspire des pensées, pas toujours sérieuses, dont il annote les pages : « Ça plaît aux gens. Ça change d’une démarche un peu trop culturelle. Je me moque de l’ego humain ». (*)

D’où les commentaires, bons mots délivrés par de petits bonhommes en bas de ses pages, dont on se régale tout autant que des œuvres.

yann lesager breton bretagne pêcheur humour graphiste illustrateur marin aquarelle pastel

Et c’est cela aussi que l’on aime dans le personnage : un artiste qui ne se prend pas au sérieux. Quel bonheur dans une époque où la grenouille a parfois tendance à se vouloir plus grosse que le bœuf !

8 tomes de ses carnets ont déjà été édités, et sont en vente (entre autre) sur le site des éditions Dahouët (www.editions-de-dahouet.com). Les 2 premiers tomes sont épuisés.

Et si Yann Lesacher était Rock’n roll ?

Et bien oui, on peut le dire, car il faut l’être un peu tout de même pour participer à la première édition du « Croq and mob » tour en Brocéliande. Durant une semaine, des artistes peintres, dessinateurs et « carnettistes » de divers horizons posent leurs valises à Gaël, chez Luc Perez et sillonnent les alentours en mobylette, croquant à tout va nature, habitants, campagne, bref, la vie… A la fin de la semaine, un journal est publié, et un carnet « voyage de chez nous » est mis en vente lors d’une fête / expo / rencontre avec les artistes.

Un peu timbré alors ?

Peut-être, car Yann Lesacher s’envoie parfois du courrier, et voilà ce que ça donne (je suis d’accord, on aimerait tous recevoir du courrier comme ça…).

Mais encore ?

Si il passe la plupart de son temps professionnel à dessiner la Bretagne (et parfois les Bretonnes) par ses contours, il consacre une autre partie de sa vie artistique aux voyages. Il a déjà croqué la Grèce, le Brésil, le Kirghizistan (si vous ne savez pas où c’est, demandez donc à Yann !), Tanzanie, Népal, Argentine

yann lesager breton bretagne pêcheur humour graphiste illustrateur marin aquarelle pastel voyage bresil

yann lesager breton bretagne pêcheur humour graphiste illustrateur marin aquarelle pastel voyage brésil

Et il lui faudrait bien une autre vie encore pour étoffer son « carnet d’arbres »…

Alors, je crois que je vais m’arrêter là, et vous inviter à continuer à découvrir Yann Lesacher sur son Blog si bien fourni que j’y ai passé l’après-midi de ce dimanche tout froid…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ses actus à venir :

Mars 2017 :   Salon du livre à Rennes (35)

                         Salon du livre à Bruxelles

Avril 2017 :    Salon de la BD à Pornichet (44)

Juillet 2017 :  Exposition – Sémaphore de Landéda (29)

Aout 2017 :     Interceltique de Lorient (56)

Sur le Web :

http://yal.over-blog.com

http://www.editions-de-dahouet.com

https://croqandmob.wordpress.com

L’atelier Feuille de verre

vitrail vitraux verre art maison Ti bretagne breton verrier graphiste

Vitraux et graphisme

L’atelier Feuille de Verre est avant tout un duo, dans la vie comme dans l’art…

Thibaut et Catherine Morisé ont jeté l’ancre à Pont Scorff (Morbihan) auprès de la rivière éponyme.

Catherine a étudié la technique du vitrail et travaillé pour des chantiers tels que le Musée Cluni ; quand Thibaut lui s’est formé aux arts plastiques avant d’intégrer l’école du vitrail, devenant Verrier Graphiste. De cette alliance ne pouvait naitre que de sublimes créations de verre.

 

Après avoir travaillé sur d’ambitieux chantiers à Tour et Bourges puis les 13 rosaces de l’église de Pont Scorf, le couple a souhaité revisiter son art en l’intégrant dans des projets d’architecture intérieur : portes battantes ou coulissantes, fenêtres, tablettes, crédences… Toute surface devient alors une page blanche pour se transformer en œuvre de forme, couleur, lumière et transparence.

La technique dite du « thermoformage » (cuisson de plaque de verre à 850 °, sur des plaques de plâtre) leur donne libre court pour mettre en forme le verre, et le décorer, l’habiller, le colorer.

Du Vitrail d’art à l’art de verre

C’est ainsi qu’ils ont adapté cette technique à leur art, créant objets et tableaux de verre. Car le couple est sans cesse en recherche de nouvelles collections, comme ces coquelicots parfois réunis en champs de verre qui laissent rêveurs et traduisent si bien la légèreté de cette fleur délicate.

d5a2f6_5f0688b506fe456898d0f8b8926b59b1-jpg_srz_2448_2448_85_22_0-50_1-20_0-00_jpg_srz

Leur toute dernière collection se nomme Ti (« maison » en breton). De petites maisons en verre, décorées et colorés. A la fois simples et complexes techniquement, fortes et fragiles à la fois. A disposer à l’unité, en hameau ou en village. Chacune de ces jolies maisons vous parlent, ou plutôt vous chuchotent à l’oreille et au cœur.

Catherine et Thibaut Morisé ont définitivement un univers qui leur est propre, vous invitant à pénétrer leur monde fait de poésie, et de verre…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Contact :

Thibault ou Catherine Morisé
Tel : 06 42 74 18 20  /  06 18 05 00 21
Web : feuilledeverre@gmail.com

Feuille de Verre – Atelier/Galerie (Ouvert sur simple RDV)
2 , rue du vieux pont
56620 Bas Pont-Scorff

Actualités :

Ouverture d’une boutique à partir du 01/04/2017 – EUNIQUES à Carnac, Place Port an dro.

Collection Ti : série composée de Tableaux format 15x20cm, 30x30cm,50x50cm et de petites sculptures. Progressivement complétés par des pièces uniques: Tableaux autres format, gravures et sculptures.

Points de vente :

Direct atelier sur appel téléphonique au 06 18 05 00 21

Galerie Improbable Jardin, 26 rue Maréchal Foch – 56 Lorient

Boutique EUNIQUE(S) à parti du 1er avril 2017

Place Port en Dro – Carnac

Juliette Salomon – Modelage

L’art de la discrétion

Juliette Salomon est née en Normandie, en 1975. Enfant, elle présentait déjà de belles prédispositions pour … la pâte à modeler… Mais au grand dam de son institutrice qui l’encouragera fortement une direction artistique, elle se passionnera finalement pour la gymnastique ! et intègrera un programme de sport études.

Les chemins de la vie

Quelques années plus tard, les chemins de la vie la mèneront à son amoureux, peintre conceptuel avant-gardiste. Ensemble ils partent vivre à Paris.

Juliette Salomon intègre alors les Ateliers Glacière de la Ville de Paris, où elle redécouvrira le modelage. Elle obtient son diplôme en 1998.

Cette discrète décide de se réserver son art, et de le pratiquer pour elle seule et son entourage. Elle offrira quelques pièces, et laissera certaines s’échapper en toute liberté de son atelier en les déposants anonymement dans la rue.

Enfin, la vie la conduira à Vannes où elle pose ses valises, et découvre la Galerie Les Funambules. Juliette Salomon donne aujourd’hui des cours de modelage dans son atelier installé… au-dessus de la Galerie ! Les chemins de la vie….

Son actualité

Quelques évènements :

Exposition permanente à la Galerie Les Funambules – Vannes (lien avec article blog)

Pour en savoir plus :

Article Blog : https://madomadi.wordpress.com/2017/01/02/galerie-les-funambules-a-vannes/

Clara MARI – artiste tous azimuts

plage mer bretagne voile bain illustration clara mari

 

Clara Marie : illustration, graphisme, etc…

Graphiste et illustratrice originaire de Bretagne, Clara MARI est diplômée de l’Ecole supérieure des Beaux Arts de Nantes, qu’elle a intégrée aussitôt après le bac. Son parcours l’amène à faire un détour par la Glasgow school of Art. Puis elle se dirige vers le Campus de la Fonderie de l’image en Design graphique de Paris dont elle ressortira diplômée.

paris pigeon bleu illustration clara mari
Illustration Clara Mari

Son parcours est à son image : Clara MARI se nourrie de ces différentes expériences mêlant l’Art et le design, tout devient alors pour elle source d’inspiration et prétexte à la créativité.

Attention : risque d’addiction

Car cette véritable touche à tout artistique est illustratrice, directrice artistique, set designer, passionnée de l’art photographique, liste non exhaustive

Elle croque la vie comme elle croque ses personnages, avec dynamisme et couleurs, avec tendresse et humour. Un superbe mélange qui vous rend accro à son art.

chocolat français illustration anniversaire clara mari
Illustration Le Chocolat Français – Clara MARI

Clara Marie travaille actuellement en tant qu’illustratrice-graphiste freelance inscrite à la maison des artistes. Elle travaille pour des domaines aussi variés que la papeterie, l’édition, la mode.

Pour la découvrir au travers d’œuvres originales, vous pouvez vous rendre à la Galerie Les Funambules à Vannes, où Nathalie et Matthieu BOBIN se feront un plaisir de vous en dire plus sur cette artiste tous azimuts.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Son actualité

Quelques évènements :

Exposition permanente à la Galerie Les Funambules – Vannes (lien avec article blog)

Aout 2016 : exposition Vagabondages à Damgan

Mars 2016 : Pâques pour les yeux – Exposition collective Sergeant Paper – Le chocolat des français

Pour en savoir plus :

Article blog : https://madomadi.wordpress.com/2017/01/02/galerie-les-funambules-a-vannes/

Site : claramari.fr

facebook.com/Clara-Mari-Illustratrice-Graphiste

Enregistrer

L’art hyperréaliste de Sandy Jeuland

MacDo, Ikéa, Coca : poser sur la toile ces « vanités consommables »

Sandy JEULAND ne voit pas les emballages comme le commun des mortels. Là où vous et moi ne voyons qu’un objet jetable ou un déchet, Sandy perçoit une source intarissable de couleurs, de lumières, de formes, de matières.

sandy-jeuland3peinture hyperréaliste sandy jeuland

De son observations aiguisée nait alors une œuvre forte et lumineuse. Ce regard différent sur notre réalité quotidienne lui fait prendre un certain recul sur la matière, sur notre entourage et sur notre mode  de consommation.

L’ampoule : l’écrin des œuvres de Sandy

 L’ampoule est depuis septembre 2014 l’atelier de cette artiste peintre.

Ce showroom, niché dans le bâtiment de la menuiserie Marchand à Sarzeau, a été avant tout imaginé pour présenter une collection de peintures hyperréalistes. Un projet réalisé en couple, puisque son compagnon, Aurélien Marchand a lors de la construction du bâtiment de l’entreprise, tout spécialement créé un espace pour l’atelier et l’exposition permanente de Sandy Jeuland.

sandy-jeuland2

Faisons un peu plus connaissance

Sandy Jeuland est née à Vannes en 1981 et a passé son enfance à Saint Armel, petit village niché dans le Golfe du Morbihan.

Autodidacte : pinceaux, peinture, et art font depuis toujours partie de sa vie. Elle a commencé par reproduire quelques détails des œuvres impressionnistes de Monet, Van Gogh, Gauguin etc…

Sandy Jeuland devient artiste peintre professionnelle en mars 2012, et participe depuis à de nombreux évènements artistiques professionnels.

Son actualité

Contacts :

L’ampoule -ZI du Kerollaire – rue de Goevan – 56450 SARZEAU
Tel : 06.64.93.95.88
Web : sandyarty.com

VISITE SUR RENDEZ VOUS UNIQUEMENT

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer